découvrez la plaquette de saison 2017/2018 du THÉÂTRE DE LA CHOUCROUTERIE

Le Théâtre de la Choucrouterie – une atmosphère, des rencontres, un art de vivre…

Le Théâtre de la Choucrouterie s’est voulu laboratoire et pépinière. De tremplins en katapults, de créations de personnages burlesques en portraits historiques, de traditions en théâtres de recherche, de cabarets satiriques en théâtralisations musicales, de folklores en écritures dialectales contemporaines, en toutes les langues parlées ici on été exploré et mis en chantier tout ce qu’il était possible de faire et même d’avantage.

Qui l’eût cru lorsque, au début des années 80, Roger Siffer, qui cherchait un endroit pour produire des spectacles, découvrit -interloqué mais séduit- un étrange bâtiment, plein de charme, de travaux à faire et d’odeur de… choucroute ! Il fallut démolir des vieilles cuves à choucroute, restructurer, relooker, restaurer pour créer en 1984 le restaurant-théâtre de la Choucrouterie, un lieu mythique qui est pour les Alsaciens ce que
« Preservation Hall », à la Nouvelle Orléans est pour les amateurs de jazz !
Roger Siffer y restaurera une tradition qui appartient à l’Alsace depuis la nuit des temps: le cabaret.

Roger Siffer, le meneur de troupe
Chanteur, comédien, auteur, etc.

L’Alsace, province de culture alémanique occupe une place à part dans un hexagone où c’est chic de parler français. Cela se ressent dans le personnage même de Roger Siffer, marginal dans la marginalité, refusant les clichés et les rails où l’on voudrait l’enferrer et apparaissant en général là où on ne l’attend pas.

Personnage truculent maniant volontiers l’humour féroce comme une arme, il a toujours refusé la confortable position de vedette alsacienne.

A ses débuts de chanteur, il puisait largement dans les traditions, collectant les chansons de rues, se faisant accompagner sur scène par des instruments anciens. Ce travail est présent dans ses disques. Mais Roger Siffer a très rapidement refusé de se confiner dans la torpeur rassurante et poussiéreuse de l’histoire : “Je ne veux pas être un musée ambulant”. Aussi le protestsong, la chanson engagée, a pris le pas sur le folklore. Mais la militance est désabusée : “Je ne suis pas un missionnaire en chaussettes blanches”. Roger a toujours envie de dépasser l’histoire pour ne pas se complaire dans une nostalgie de bon aloi.

Il a choisi le rire grinçant, l’exagération abusive et une naïveté qui ne trompent personne. Son spectacle est à la fois sérieux et drôle, triste et gai, visuel et musical, irrévérencieux et philosophique. C’est un décapage du passé et du présent, de l’histoire d’ici et d’ailleurs.

Ceci étant une bio, précisons tout de même que Roger est né en 1948 à Villé, dans la plus belle vallée du monde, qu’il fit des études de philo sans éclat (licence et demi-maîtrise), et qu’il vint à chanter sa langue maternelle suite à un abus de vin blanc (alsacien, s’entend !). A part ça, il a les yeux bleus, les cheveux châtains et parle allemand, français, anglais et alsacien. Il sait nager et aimerait tellement faire du Twirling bâton.

Avec ses 2 petites salles de spectacles (71 et 98 places), la Chouc’ comme l’appellent les gens qui l’aiment, séduit pourtant plus de 22 000 spectateurs par an. Et cela avec en moyenne plus de 300 représentations à l’année.

Si les genres et les styles se bousculent, la Choucrouterie s’est surtout fait connaître pour son cabaret, ses satires et son regard original sur l’actualité. L’Alsace est une terre de rire. On y aime la dérision et surtout l’autodérision.

C’est dans une ambiance intimiste et de proximité avec les comédiens que vous découvrirez des spectacles en français, allemand et alsacien créés par toute une équipe de professionnels régionaux.

X
%d blogueurs aiment cette page :