étude “La filière culturelle et créative aurait-elle trouvé la formule pour se développer à l’ère du numérique ?”

La force numérique s’exprime pleinement au sein de la filière culturelle et créative, très souvent pionnière en matière d’innovation, sans pour autant que l’on soit en mesure de définir clairement si in fine elle crée de la valeur.
De fait, cette force est entropique :

  • Elle détruit de la valeur, on pense ici à l’effet du piratage sur le marché de la musique par exemple, où à l’impact du numérique sur la presse…
  • En même temps qu’elle en recrée. Le numérique a ainsi outillé les acteurs de la filière culturelle (avec l’autoproduction, l’autoédition,…) et leur a permis d’innover, de créer de nouveaux formats pour leurs oeuvres…

La problématique est donc de déterminer dans quelles conditions cette « entropie numérique » crée de la valeur et comment cette valeur se répartit parmi les acteurs de la filière culturelle et créative.
Les mécaniques de création de valeur reposent sur des modèles économiques qui se sont multipliés à l’ère du numérique à mesure que de nouveaux usages culturels sont apparus, et qui doivent alors être distingués des modèles traditionnels.

Télécharger (PDF, Inconnu)

X
%d blogueurs aiment cette page :