lancement du livre “Eldorado Maximum” par Les Commissaires Anonymes @ Syndicat Potentiel le 24/06

ELDORADO MAXIMUM, Nouvelles typologies de l’eldorado contemporain par Les Commissaires Anonymes
15 histoires et aventures artistiques qui transforment nos représentation de l’ailleurs, de l’argent et de l’avenir.
“ En 2014, les commissaires anonymes s’installaient à Bruxelles. Les frontières de l’espace Schengen grandes ouvertes, il nous suffit alors d’un camion et de motivation pour faire de cet ailleurs notre futur “chez nous”. Nous ne sommes de loin pas les premières immigrées françaises de Belgique. Ces dernières années, tant d’artistes que de rentiers font le choix de déménager ; si quelques-uns pensent y trouver plus de liberté pour créer, d’autres veulent échapper aux nouvelles taxes imposées. La capitale Belge serait-elle devenue un eldorado? Ces migrations simultannées de deux groupes sociaux si divergents pour une même destination sont le point de départ de ce travail de redéfinition du mythe de l’avenir doré : quelles idées de l’ailleurs nous poussent-elles à quitter ce que l’on a? Quelles projections dans l’avenir animent ce départ. Quels attraits de la richesse incitent-ils à vouloir ce changement? ”
(premières lignes du prologue)

Avec :
Albertine Meunier, Alain della Negra & Kaori Kinoshita, Bureau d’études , Etienne Boulanger,le collectif Exyzt, Grégoire Motte,Guillaume Barth,Hannes Bernard & Guido Giglio, Hotel Charleroi, Jean-Charles Massera, Joseph Popper, Léo Delafontaine, Le Parti Poétique, Ne pas plier et le collectif Saint Machine

Ce livre a été réalisé grâce à l’aide de la bourse de recherche de l’Atelier Mondial de la Fondation Christophe Merian, de la bourse de soutien aux anciens étudiants de l’HEAR et de la région Alsace.

Nous profiterons cet évènement pour présenter en parallèle le “MANIFESTE POUR UN ART DE VIVRE COÛTE QUE COÛTE” rédigé par les commissaires anonymes, dans le cadre du festival “Allons voir ailleurs si nous y sommes”, organisé par le Parti Poétique à Saint Denis.


DE VISU, lieux d’expérimentations des arts plastiques
Livre-guide, De visu nous entraîne à la découverte de lieux d’expérimentations des arts plastiques : POL’n (Nantes), Ateliers Vortex (Dijon), Greenhouse (Saint-Étienne), Le Shakirail (Paris), La Fanzinothèque (Poitiers), La Semencerie (Strasbourg), La Friche Lamartine (Lyon), L’Assaut de la Menuiserie (Saint-Étienne), Projet Nadine (Ixelles), IPN (Toulouse), Pola(Bègles), Crache Papier (Genève), AIAA (Roquefort), Metaxu (Toulon), Le Générateur (Gentilly), 5un7 (Bordeaux), L’Atelier Raymonde Rousselle(Bordeaux), Le Syndicat Potentiel (Strasbourg), MilleFeuilles(Nantes), Le Bon Accueil (Rennes), Lieu-Commun (Toulouse).
Autant de lieux de fabrique, d’espaces d’échanges et de recherche qui favorisent de nouvelles approches dans les processus de production et de médiation, et tissent de nouveaux rapports entre art, population et territoire. De visu est construit autour de cinq éclairages : envie et détermination, espace et temps, agencement et économie, ancrage et implication, ouverture et mise en relation, et donne la parole à des chercheurs pour mieux comprendre ce qui se trame et s’élabore. Sous nos yeux, se dessinent en effet d’autres manières de vivre le monde, dans l’espace intime de la création, dans la relation à l’environnement, dans la confrontation des pratiques et des idées.
Comité de rédaction : Céline Eyquem, Virginie Lyobard et Benoît Guillemont (DRAC Rhône-Alpes) Rédaction, enquête et entretiens : Céline Eyquem et Virginie Lyobard
Préface de Fleur Pellerin, Textes de Nicolas Bourriaud, Les Commissaires Anonymes et Mathilde Sauzet.
Conception graphique : Gran Lux Ouvrage édité avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Rhône-Alpes).

Atlas of agendas – mapping the power, mapping the commons“, 2015

“Des univers de contrôle aux zones communes”
Hors de tout débat et parfois même hors de toute visibilité, des réseaux de pouvoirs se sont constitués au niveau mondial pour s’assurer le contrôle sur la définition de l’avenir de la planète. Depuis plus de quinze ans , le collectif d’artistes Bureau d’études a tenté de les analyser et de les cartographier. Ces recherches sont rassemblées pour la première fois dans un même recueil.
Ainsi reliés, ces différents travaux, qui représentent une des tentatives contemporaines la plus aboutie dans ce domaine, rendent visible un agenda coordonné pour la domination structurelle et opérationnelle intégrale des mondes.
Bureau d’études ausculte l’étourdissante structure de ce système de contrôle avec ses organisations, ses acteurs, ses mythes fondateurs et ses symboles ainsi que les conflits qui le traverse.
Faisant fi de tout découragement devant un système qui s’auto-promeut comme irréversible, Bureau d’études documente également les tentatives actuelles de rupture ou d’exode vers des zones libres, exploratoires et résiliantes tout autour de la planète.
L’ouvrage est un voyage de la carte au territoire. Il part du plus abstrait pour s’acheminer vers l’action concrète d’une multiplicité d’êtres dans une localité. Ce qui est signifié ici c’est donc que la rupture ou l’exode se produit par l’expérience qui reste la condition de libération du dogmatisme en général et, en particulier, du dogmatisme industriel.

X