Place Su Son Logo, Strossburi

Appel à projets “L’eau comme bien commun à entendre” par la PLACE AU SON

Le concours propose de réaliser une vidéo de 3 minutes maximum sur l’ambiance sonore d’une place publique de votre choix. Dans un premier temps, la vidéo présente l’état de l’environnement sonore actuel. Dans un second temps, elle imagine les transformations physiques et atmosphériques de la place dans un futur proche.

Cécile Regnault et Gilles Paté, initiateurs et organisateurs du concours

Thème : L’EAU COMME BIEN COMMUN A ENTENDRE

De la rivière aux plans d’eau artificiel, des fontaines classiques aux brumisateurs, l’eau multiplie sa présence dans les espaces publics contemporains. Mais est-elle vraiment accessible à tous ? Comment dépasser sa fonction purement décorative pour développer ses qualités sonores, nourricières et désaltérantes ?

A l’aune du changement climatique, la fonction vitale de l’eau est plus que jamais essentielle : faire baisser la température, tempérer les espaces en complément de plantations et de couverture végétale pour produire de l’ombre. Elle peut être combinée à des sols poreux comme les stabilisés, des terres compressées, des composants naturels d’un nouveau genre pour irriguer en profondeur et s’évaporer sur une durée plus longue, augmentant son pouvoir rafraîchissant.

Le son de l’eau qui s’écoule légèrement dans un bassin provoque aussi un effet rafraîchissant et méditatif (le filet d’eau de la fontaine du cloître en est un exemple historique). D’autres formes de fontaines comme les rigoles d’eau ou les goutte à goutte (parc des grands Moulins Paris 13e arrondissement) peuvent émettre d’agréables sonorités qui jouent parfois avec de légers échos dans les vases qui les reçoivent.

La préoccupation de l’eau dans la ville concerne également l’économie de sa dépense : éviter l’emploi d’eau potable, récupérer l’eau de pluie et de ruissellement, irriguer les plantations avec l’eau usée des fontaines ou des piscines, créer des circuits d’eau avec des pompes…

L’usage de rideau d’eau comme masque sonore pour diminuer la nuisance de la circulation automobile est à remettre en cause : face à un bruit blanc trop fort la temporisation du mur d’eau n’est plus opérante, il faut d’abord faire baisser le volume du trafic pour que la poétique sonore aquatique fasse son effet ; car c’est dans des ambiances calmes qu’elle atteint un réel pouvoir évocateur.

Que ce soit à la campagne ou en ville, les écologues et urbanistes travaillent de concert pour dessiner des trames bleues,corridors de mares et cours d’eau qui permettent à certaines espèces d’oiseaux, de batraciens ou d’insectes de traverser des territoires urbanisés, à condition que ces réserves aquatiques soient à des distances relativement proches.

Autant d’aspects qui peuvent être prétextes à des approches prospectives, imaginer comment la présence de l’eau et du fort pouvoir évocateur de ses sons pourraient être confortés sur les places, dans les parcs. Utiliser sa puissance calmante et contribuer ainsi à la création d’ambiances sonores à échelle humaine et naturelle dans les villes.

Les projets du concours Place au Son partent toujours de l’analyse de la situation d’une place publique existante, qui peut ou pas comporter la présence d’eau sous toutes ses formes. Projeter ensuite un dessin de place qui redonne une plus juste présence à l’eau en imaginant le confort acoustique résultant des formes urbaines et des matériaux mais aussi d’un environnement global plus large et autonome adapté aux défis climatiques à venir.

Admissibilité

Le concours est ouvert à tous les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur durant leur cursus et un an après la fin de l’obtention de leur diplôme : architecture, urbanisme, paysage, géographie, design, arts, musique, théâtre, cinéma, ingénierie sont les principales disciplines visées ;
L’équipe est constituée a minima de deux étudiants issus des spécialités citées ci-dessus ; elle choisit un mandataire qui sera l’interlocuteur privilégié avec les organisateurs. L’inscription au concours se fait par voie numérique  ici.

Le mandataire remplit le formulaire puis transmet par mail à l’adresse concoursplaceauson@lasemaineduson.org  les copies des cartes étudiantes.
– fichier au fomat pdf  NomPrénomdumandataire.pdf (exemple : DussonLouis.pdf).

Lorsque la candidature de l’équipe est acceptée, l’organisateur attribue un numéro d’équipe garantissant l’anonymat.

Rendu

Le rendu du concours comprend deux fichiers :

a)  Fichier 1 audiovisuel présent-futur :
réalisation du double portrait de la place publique choisie. Ce portrait sonore est constitué d’une bande son présent-futur, accompagnée d’une série d’images fixes (dessins, photos, images virtuelles…).

  • la partie « présent » exprime l’état de la place telle qu’elle existe en 2021
  • la partie future met en scène la fiction de la place demain
  • durée de la vidéo : 3 minutes  maximum
  • format vidéo : .mov ou .mp4, full HD ( 1920×1080 pixels) sachant que l’audio du fichier (mono ou stéréo) sera de qualité  48 kHz, 24 bit (Taille maximum 200 M0)
  • intitulé de la vidéo : n°équipe titre delafiction.mov
    (exemple 23larepubliquesonnante.mov).

b) Fichier 2 note d’intention
La note d’intention du projet est résumé dans un format A4 paysage à télécharger ici, comprenant :

  • le numéro d’équipe (attribué lors de l’inscription)
  • un texte de 300 mots maximum précisant le titre du projet, une brève description des ambiances sonores en 2021, le parti pris de la projection future
  • une image emblématique du projet (300 dpi)
  • format numérique en pdf, intitulé du fichier 2 N°équipetitredelafiction.pdf (exemple : 23 larepubliquesonnante.pdf)

Critères d’évaluation

  • Créativité dans l’interprétation du défi du concours.
  • Démonstration quant au rôle du sonore dans la fabrication d’espaces publics désirables
  • Plausibilité acoustique et spatiale des aménagements.
  • Invention audiovisuelle
  • Transdisciplinarité des équipes.

Calendrier

1er juin 2022 
Lancement du concours

15 novembre 2022 minuit
Date limite d’inscription des équipes

1er décembre 2022 minuit
Date limite de remises des propositions

décembre 2022
Annonce des résultats

21 janvier 2023
Remise des prix à l’UNESCO lors de la soirée Urbanisme sonore de La semaine du son de l’Unesco en présence des lauréats et de tous les participants aux concours qui seront invités à participer aux débats.

Prix

1er prix :       2 000 euros
2ème prix :   2 000 euros
3ème prix :   500 euros de matériel
4ème prix :   500 euros de matériel

Jury

Elisavet Kiourtsoglou
architecte, présidente du jury (GR)

Maria Castro
designer sonore (École Nationale supérieure des Arts et Techniques du Théatre, FR )

Catherine Guastavino
psychoacousticienne (University Mc Gill, CA)

Jeremy Hamers
documentariste (Université de Liège, BE)

Nicolas Misdariis
chercheur en design sonore (Ircam, FR)

Nadine Schütz
architecte, plasticienne sonore (CH)

Gilles Paté
vidéaste, enseignant (École Nationale supérieure d’Architecture de Versailles)

Comité scientifique :
Frédéric Fradet (Ingénieur concepteur acousticien, Structures sonores Baschet), Christian Hugonnet (acousticien, président de La Semaine du Son),  Cécile Regnault (conceptrice sonore, Professeure École Nationale supérieure d’Architecture de Lyon), Laurence Bouckaert (compositrice, classe électroacoustique de l’École de musique de Villeurbanne)

 

INSCRIPTIONS