«En art contemporain, la beauté est presque devenue taboue»

Benjamin Olivennes, jeune philosophe, dénonce dans un livre brûlot la bureaucratisation des esprits et défend la peinture figurative qui a survécu aux avant-gardes. Débat sans détour entre le graveur et académicien Érik Desmazières et la directrice de Chaumont-sur-Loire, Chantal Colleu-Dumond.

Source / Lire la suite : «En art contemporain, la beauté est presque devenue taboue»

X
X